Vous utilisez une version obsolète d'internet explorer.
Veuillez mettre à jour votre version en cliquant ici : Mise à jour Internet Explorer

EIGHT & BOB

Albert Fouquet, parfumeur et fils d’un aristocrate parisien, faisait partie de l’élite de la société française du début du 20ème siècle. Dans une pièce au dernier étage du château de famille, Albert créait et perfectionnait diverses essences avec l’aide de Philippe le majordome. A chaque évènement important où il était convié, Albert aimait surprendre les invités présents avec ses parfums spéciaux qui devenaient toujours plus demandés à l’intérieur du cercle social exclusif parisien, mais il refusait toujours de vendre les formules de ses parfums qu’il gardait cachées.


Une nuit de 1937, lors d’une réception pendant les vacances estivales sur la côte d’Azur, Albert s’était retrouvé à parler avec un jeune étudiant américain qui parcourait la France en cabriolet : ce jeune homme était John Fitzgerald Kennedy. Quelques minutes après avoir été présenté à Albert, JFK fut fasciné par le parfum qu’il portait. Le matin suivant, l’élégance de Kennedy, son intérêt pour les parfums et l’immédiate sympathie pour l’aristocrate français, convainquirent Albert de laisser à l’hôtel où il séjournait un flacon de sa Cologne. Il y ajouta une note «  Dans ce flacon se trouve la touche de fantaisie française qu’il manque à ta personnalité américaine ».


Au retour des vacances, Albert reçu au château une lettre de JFK qui était rentré aux États-Unis et dans laquelle il le remerciait pour le geste, l’informait du succès que le parfum recevait parmi ses amis et lui demandait de lui envoyer « huit échantillons, et si la production le permet, un autre pour Bob ». Sans comprendre entièrement le sens de la demande, Albert décida d’envoyer une élégante boîte remplie de parfums tant pour satisfaire la demande de son ami, que pour justifier les coûts de transport. Avec son perfectionnisme maniaque, Albert demanda au majordome Philippe de chercher des flacons en verre particuliers qu’il avait vu dans une pharmacie parisienne. Une fois ces derniers trouvés, Albert et Philippe commencèrent à les étiqueter en les appelant comme l’amusante demande de John « Eight & Bob ».


Aujourd’hui, plusieurs décennies plus tard, grâce à la recherche historique et à la sensibilité de la famille de Philippe, la formule « Eight & Bob » a été complètement récupérée et le protocole de production manuelle et raffinée indiqué par Albert respecté afin que « Eight & Bob » redevienne un des parfums préféré des hommes les plus élégants du monde.


Eaux de Toilette

Annicke Collection

Home Collection

Un service sur mesure